La demande reconventionnelle se définit comme la demande formulée par le défendeur (qui profite de l’instance initiée pour solliciter lui-aussi quelque chose du Juge).

La pratique est quasi-systématique en matière familiale : si la mère saisit le Juge aux affaires familiales pour obtenir une augmentation de la pension alimentaire, le père en profitera pour solliciter une diminution de celle-ci et vice-versa.

Vos avocats ont récemment obtenu une décision intéressante à ce sujet : Maître Antoine CHRISTIN était l’avocat de la mère.

Dans le cas d’espèce, un jugement avait accordé à un père un droit de visite et d’hébergement « classique » (un week-end sur deux ; la moitié des vacances scolaires) et l’avait condamné à régler 350 € par mois et par enfant à titre de contribution à l’entretien et l’éducation de ceux-ci (aussi appelé « pensions alimentaires »).

Le père a saisi le Juge aux affaires familiales près le Tribunal de Grande Instance de NANTERRE en sollicitant de celui-ci qu’il diminue à 150 € par mois et par enfant les pensions alimentaires dues compte-tenu de la dégradation de sa situation financière.

Maître Antoine CHRISTIN a formulé une demande reconventionnelle : il a sollicité que les pensions alimentaires soient au contraire augmentées compte tenu de la dégradation de la situation financière de la mère et de l’accroissement des besoins des enfants.

Le 21 décembre 2017, le Juge aux affaires familiales près le Tribunal de Grande Instance de NANTERRE a rendu un jugement condamnant le père à régler 400 € par mois et par enfant à titre de pensions alimentaires.

Pour résumer : le père devait 350 € par mois et par enfant ; il a agi pour n’avoir plus à payer que 150 € par mois et par enfant ; il doit finalement 400 € par mois et par enfant !

Vous pouvez consulter l’ensemble des décisions obtenues en matière de droit de la famille et de contentieux relatif aux enfants en cliquant ici .